• (prononcer Sakafou : repas) dominical, allez, on change les habitudes.

    Aujourd'hui, après un rhum coco :
    1/2 litre de rhum blanc nature (du pas cher chez les discount, pas la cochonnerie avec du sucre rajouté pour les palais européens)
    1 petite boite de lait de coco (celui de Leader Price est idéal, dans les petites briques)
    3 cuillerées à soupe de sucre de canne
    1/2 boite de lait concentré sucré
    Mélanger le tout, bien secouer, déguster très frais, avec des glaçons pilés. Idéalement, à conserver au frigo.

    On va se faire un rougail saucisse :
    pour 4 personnes :
    8 saucisses (de Toulouse, mais les mieux, ce sont des petites, pas des chipo, mais de la taille d'une demi toulouse, mais on n'en trouve pas facilement)
    2 échalottes
    4 têtes d'ail
    6 tomates
    curcuma (c'est ce que j'ai trouvé qui s'apparente le plus au cari malgache.Au rayon frais chez carouf, on en trouve du tout parfumé, un bonheur)
    coriandre (fraiche ou en poudre. dealer : idem ci-dessus, coriandre moulue)
    gingembre

    Emincer échalotte, ail, et un tout petit morceau de gingembre, gros comme l'ongle du petit doigt, (préalablement épluché, tout ça)
    Débiter les tomates en gros dés.

    Dans une sauteuse, mettre à cuire les saucisses dans un peu d'huile, après les avoir piquées.
    Quand elle sont bien dorées de toutes parts, on les repique, on laisse réduire la graisse
    On ajoute une cuillerée à café de curcuma, idem la coriandre
    Bien mélanger avec les saucisses, qui doivent être enrobées du mélange
    Puis rajouter échalottes, ail, gingembre
    Remélanger
    Rajouter les tomates
    Remélanger, pour bien déglacer le fond de la sauteuse, à feu vif, tout ça.

    Couvrir et laisser mijoter à feu doux environ 1/2 heure (touillez de temps en temps, pour pas que ça colle)
    5mn avant la fin de la cuisson, couper les saucisses en 4 si ce sont des grosses,en 2 si ce sont des petites), pour qu'elles s'imprègnent bien du parfum des épices.
    Les tomates doivent être réduites en sauce, couleur rouge foncé, et ça doit sentir les îles dans toute la maison........

    Servir avec du riz blanc. Du vrai riz, celui à pas cher, du rond, qui colle, pas cette infecte saloperie incollable qui n'a plus de riz que le nom.

    Et en dessert, bien sûr, des letchis, tout frais cueillis, bien que ce ne soit pas encore tout à fait la saison.
    Et voilà un sakafo malagasy.
    Bon appétit, bon dimanche.



    10 commentaires
  • .......... d'un Croc, pour que vous sachiez à qui vous causez, quand même !


    En participation au thème de la semaine chez Dana

    et au tag de Dany

    Cinquantaine bien tapée, mauvais caractère, volcanique, en colère pour n'importe quoi. A éviter. Pourquoi ?  Parce que :

    A développé un sens exacerbé de la propriété, et de son espace. Capable de donner sa chemise, mais a une sainte horreur que l'on touche à ce qui lui appartient, ou que l'on pénètre sur son territoire sans son consentement. Serait capable de semer des pièges à loups devant sa porte...........

    En bonne capricorne, s'attache aux objets.  Pour leur esthétique ou pour ce qu'ils représentent à ses yeux, que ce soit une statuette, ou un bout de ficelle. A besoin de s'entourer de choses qu'elle aime, une petite boite en verre la suit partout depuis plus de 20 ans. Elle y range des brimborions,  des bijoux cassés, des échantillons de parfums (vides, maintenant, mais  l'odeur reste........). Le jour où elle a cassé par accident une coupe en verre bleu qu'elle avait arraché de haute lutte à un brocanteur dans une vente aux enchères, elle en a pleuré...........

    Mais sous le coup d'une sainte colère, sera capable de pulvériser une collection entière de verres anciens - véridique ! Ou sa raquette de tennis à coups de hache, si elle ne veut pas que quelqu'un d'autre s'en serve. Et renoncera définitivement à jouer au tennis.......

    Un jour, sur la plage, a vertement engueulé un hôtelier voisin qui a lâché en liberté sur le sable deux gros chiens pas éduqués, les a laissés poser un gros caca en plein milieu du chemin, n'a bien sûr pas nettoyé derrière eux, et n'a pas été fichu de rappeler ces deux fauves qui se sont jetés sur sa malinoise chérie, chez qui elle a, elle, travaillé pendant 18 mois à éradiquer tout réflexe d'agressivité. Moralité, elle a fichu une baston aux deux clébards, en traitant leur inconscient de maître de gros con. A la grande joie de tous les malgaches attroupés, et de son Jules !

    Sang italien oblige, s'emporte pour un rien, débite ses arguments à la vitesse d'une mitraillette, en faisant les 100 pas et de grands moulinets avec ses bras, et refusera d'admettre qu'elle a tort. Et ne s'excusera pas !

    Bordélique dans l'âme, elle mène un combat acharné pour s'astreindre à reposer à l'endroit où elle l'a pris, tout objet qu'elle aura eu entre les mains. Même si son sens du rangement est plus que fantaisiste, elle sait ainsi quoi est où.

    De son enfance plutôt solitaire, a gardé un besoin profond et vital de s'isoler, que ce soit avec un bouquin, devant son PC ou dans un endroit calme, ne rien faire, rêver ............ presque entrer en méditation, oublier ce qui l'entoure, au moins une fois par jour.

    Incapable de s'endormir sans avoir un bouquin à lire, quitte à se réveiller le nez écrasé sur les pages ..... capable de lire n'importe quoi, parfois. Elle s'est surprise un jour à déchiffrer toutes les inscriptions sur les emballages de papier toilette. Depuis, le fameux papier est déposé, sans son emballage, dans un panier.

    Obstinée, ne trouvera pas le repos jusqu'à ce qu'elle ait résolu le problème qui la tracasse. Elle a ainsi passé des nuits blanches devant son PC à essayer de comprendre les CSS, javascript etc...., essayer de résoudre une panne ...........ou à chercher le centime d'erreur dans son état de rapprochement!

    Lorsqu'elle a décidé quelque chose, ne pliera pas d'un pouce jusqu'à ce qu'elle ait obtenu satisfaction.

    Asociale, ne tient pas ses congénères en grande estime. Avant de décider que quelqu'un lui plait, passera un long moment à étudier, jauger, écouter. Et défendra ensuite contre vents et marées toute personne qui aura eu l'heur - ou le malheur - de lui plaire. Et elle endurera beaucoup avant de décider de rompre les ponts. Et en sera profondément malheureuse, avant de devenir carrément tranchante. De même refusera tout contact avec qui lui déplait dès le premier abord. L'expérience lui ayant appris que ce premier a-priori est très souvent justifié.

    Déteste en bloc les racistes, les homophobes, les je-sais-tout, les faux-culs, les culs bénits, les pédophiles, les alcooliques, surtout ces deux derniers, d'ailleurs. Non, et puis tous, je les déteste sans graduation !

    Vivre en France, aussi, déteste ! il fait froid, gris, triste, ça pue la pollution à plein  nez ...............

    Ne supporte plus  les enfants, a déjà du mal a supporter les siens,  malgré tout l'amour qu'elle leur porte, mais flinguera à bout portant le premier tordu qu'elle verra maltraiter un enfant.

    Voue une passion sans bornes aux chiens. Les seuls qui ne l'aient jamais déçue. Jamais.

    A une peur panique des araignées, bien qu'elle bée d'admiration devant leurs toiles magnifiques. Est terrorisée par les chevaux. Fascinée par les serpents.

    Croit profondément et sincèrement aux esprits. Sensible aux vibrations d'une maison, au point parfois d'être incapable de franchir le seuil de certaines pourtant lumineuses, ou de rêver de vivre dans d'autres, pourtant tristes et délabrées.

    N'a plus la foi depuis déjà longtemps et a une sainte horreur de l'église, la secte. Mais pourra passer de longues heures dans une église (le monument), pour elle magnifique monument élevé par la foi de certains, pour l'orgueil d'autres, malheureusement. Elle aime la paix qui y règne. Regrette les messes en latin, pour leur mystère ........; et écoute très souvent des chants grégoriens ou de la musique sacrée. Paradoxe?

    A un besoin viscéral d'être toujours rassurée, ça, c'est le côté espagnol ! Et du coup, passe son temps, depuis 6 ans, à se demander ce que son Jules peut bien lui trouver ..........

    Ne supporte pas l'impolitesse. Devient totalement sourde, et donc incapable de répondre, d'adresser la parole, ou d'accéder aux souhaits de quiconque n'aura pas assimilé les règles de base : Bonjour; au revoir, s'il vous plait, merci" Faf, ptêt un peu.........

    Euhhhhhhh, ca fait pas un peu Delon, cette façon de parler ?


    14 commentaires
  • Participation au jeu chez Edensland

     

    Un papa, c’est d’abord une présence, un pilier.

    Il est là, il écoute, il régit, il rugit, gros ours au cœur tendre.

    Il est l’image de la force et de la tendresse, mêlées, imbriquées.

    Pour l’enfant qui est né le jour de Noël et clame l’injustice, Il célèbre sa fête, gâteau, cadeau….

    Il est désarmé devant un gros chagrin ou une grosse colère, et se retient de rire devant une grosse bêtise, mais un frémissement au coin des lèvres le trahit.

    Il fait la morale, « fais pas ci, fais pas ça », mais lorsqu’il évoque ses souvenirs d’enfance avec ses frères et sœurs, les enfants, tapis derrière les fauteuils ouvrent grands leurs yeux et leurs oreilles « eh bien, nos pères, ils étaient bien pires que nous »

    Il a une solution a tout, intervient dans l’urgence, porte la Barbie de ses rêves à la petite fille qui se retrouve à l’hôpital pour une péritonite. Ca l’aide à guérir, bien plus vite que tous les médocs de la terre.

    Il va à la chasse, et sa mère se plait à dire : »oh lui ? Il tue le temps », et il vide sa gibecière, en revenant, faisant crouler sur la table châtaignes, pommes sauvages, branches de houx, et ne ramène JAMAIS de gibier.

    Il joue de l’accordéon en virtuose, mais connait par cœur les chansons des Beatles, et est fou de musique.

    Il peste : « mais nom de D…. , ca ne te dérange pas, toi, que ta fille vive avec un type ? » et devant la réponse de la mère « elle a 21 ans, ma fille, qui est aussi la tienne, je te le rappelle ! », il soupire « déjà ! Je ne l’ai pas vue grandir !! »

    Il est là, on le voit sans le voir. On trouve normal de lui faire de la peine, de lui désobéir, de lui faire signer ses carnets de notes, bons ou mauvais, de contrefaire sa signature pour les mots d’absence du lycée.

    Il nourrit de grandes ambitions pour ses enfants, rêve de les voir accomplir des études, avoir une belle situation, souhaite qu’ils ne manquent jamais de rien, contrairement à lui, fils d’Italiens immigrés, qui a connu le racisme, l’ostracisme. Grâce à lui, ses enfants n’admettront jamais ni racisme, ni ostracisme, ni intolérance.

    Un papa, ça part toujours trop tôt. Et la petite fille, devenue adulte, mère et grand-mère se prend à regretter de ne l’avoir pas connu assez.

    Elle pourrait lui dire la petite larme que fait parfois naître son fils, quand elle le voit marcher et avoir ce demi-sourire en coin que son père avait quand il méditait un mauvais coup ou une bonne blague.

    Elle pourrait peut-être enfin lui dire à quel point elle l'aimait, ce qu'elle n'a jamais fait, dans son orgueil et sa volonté d'indépendance, et aussi par pudeur stupide.

    Pour elle, c'était naturel de le voir, de l'affronter, de plaisanter, de lui faire de la peine, sans jamais contrebalancer par un câlin ou un bisou.

    Elle ne peut pas se le pardonner.

    C'est pourquoi, maintenant, elle n'hésite plus à dire à ceux qu'elle aime qu'elle les aime, même à ses animaux. Et à le leur redire.

    Parce qu'elle ne l'a jamais dit à son père.


    6 commentaires
  • Je reprends la bonne vieille habitude de vous pondre de temps en temps une citation que j'aime, ainsi que je le faisais sur les anciennes Humeurs.
    Aujourd'hui, le professeur Choron nous déclare :

    C'est terrible d'allonger la vie en prolongeant seulement la vieillesse

     


    3 commentaires
  • L'avantage d'avoir vécu dans un pays "en voie de développement", c'est qu'on apprend à se détacher du matériel, et pour peu que l'on souhaite côtoyer et comprendre les habitants de ce pays, on acquiert de nouvelles valeurs.
    Donc revenus en france sans rien mise à part une valise avec 4 vêtements de plage, nos lambahoany et nos sacro-saints ordinateurs, il a fallu faire face à l'urgence : trouver un toit.
    Chose faite :

    Puis, ensuite, ayant vendu tout ce que nous avions en France pour partir, puis vendu ou donné tout ce que nous avions à Madagascar pour revenir, il a fallu se meubler.
    Et là, sans un sou, en appliquant la règle malgache :"récup', recyclage" nous sommes arrivés à donner un air à peu près confortable à notre camping.
    Si la cuisine est basique, de même que les chambres,


    la case de mon île
        me manquait trop, alors en avant les vide greniers, les visites des granges des copains, les lambahonay, les tissus dont je n'avais pu me séparer, 3 clous, un peu de peinture, et voilà, avec un peu d'imagination, je retrouve un peu de mon chez moi  :



    Mais j'ai un mal fou à supporter l'absence de la mer. Alors je lui ai dédié un coin, tout à elle, avec les coquillages glanés lors de mes balades au bord du lagon ........





    Ben oui, pourquoi les aquariums seraient ils réservés seulement aux poissons? Et puis, pourquoi mettre des poissons en cage ?



    7 commentaires