• Expat' ? Exil ?

     

    Pour mon amie Renée, là-bas, au Sénégal, qui doit vivre à peu près la même chose ……

     

    La différence est bien ténue :

     Un gros camion en face de moi, sur la route, arborant fièrement l'enseigne Red Bull. Il tracte une citerne avec la mention "liquide inflammable". Penser "ben mon vieux, les européens n'ont pas mentionné cet effet indésirable" tout en sachant pertinemment que le contenu est de l'essence, ……. Ah, la récupération à la malgache . Expat' …………..

    Skype :"-tu reviens quand, mamie ?- dans 2 ans, chérie- c'est loin ?- tu as 7 ans, tu auras 9 ans quand je viendrai.."......Gros sanglots de la petite. Gros pincement au cœur de sa grand-mère ………… Exil !

    Une grosse bosse, deux autres plus petites, quatre pattes grêles …. Un petit zébu tout juste né, encore flageolant, le pasteur doit le soutenir pour lui faire traverser la route, à la suite de sa mère, majestueuse. Expat……

    La saison sèche, le soleil bas dans le ciel, une fraîcheur dans l'air, la lumière dorée qui joue dans les feuilles, le début de l'après-midi rappelle si fort les promenades en forêt, en automne, dans sa campagne Dordognaise, qu'elle a tant aimée. Exil …….

     Un gros cochon noir traverse la route, suivi par une truie toute rose, mamelles pendantes, suivie elle-même par un, deux, trois, quatre…. Six porcelets noirs ou roses . la famille au grand complet en vadrouille. Expat'…….

    Il pleut. Une femme marche nonchalamment le long de la route, portant sur l'épaule une longue feuille de bananier. La voiture s'arrête pour laisser traverser un troupeau de zébus. La feuille de bananier se soulève, laissant apparaître la frimousse aux grands yeux brillants d'un petitou, calé sur le dos de sa mère à l'aide d'un lambahony, bien à l'abri sous sa feuille, parapluie naturel et efficace. Expat' ……

     Piaffer d'impatience au parcage des taxi brousse, en attendant qu'un des chauffeurs brandisse un paquet frappé au signe DHL. Les livres tant attendus, commandés une semaine auparavant sur Fnac.com. On oublie l'exil et on se sent seulement expat …….

    Mes chiens libres, qui galopent librement sur la plage, courent derrière les crabes, qui aboient aux lémuriens qui les narguent du haut de leurs manguiers. Expat'.

     Mais trouver des croquettes , qui composent leur repas, pour ne pas leur donner du riz, dans lequel une main malveillante peut mettre du poison. Exil !

    Le foudi, en habit nuptial, tache vibrante sur un flamboyant. Expat'

    Expat' ? Exil ?

    En route pour Tananarive la grouillante. Le taxi brousse immobilisé au milieu de nulle part, en pleine brousse : un pneu crevé, pas de cric. Une heure passe, les hommes prennent le frais, couchés sur le bitume, les femmes en profitent pour aller faire un pipi sous les lataniers, toute une rangée de culs noirs alignés en rang d'oignon, plus un blanc : le mien. La nuit tombe. Passe enfin un minibus salvateur avec un cric. Démontage de la roue, coincée. On repart, pour s'arrêter une heure plus tard, le bus s'engouffre dans une ruelle sombre, puis dans une cour encore plus sombre, jonchée de grandes barres de fer à béton, d'empilages de pneus, de sacs d'on ne sait trop quoi. Dans un coin une cahute, éclairée par une ampoule de 25 watts. C'est l 'atelier de réparation du pneu… et, à grands coups de marteaux, de la jante qui a souffert. Une autre heure passe, dans un concert de bing et de bang. Le fou rire me gagne en imaginant certaines bonnes âmes françaises que j'ai connues, dans pareille situation. Je me recouche sur ma banquette, m'enveloppe dans mon plaid en laine polaire : il fait froid sur les hauts plateaux, la nuit, en juillet, à 1000m d'altitude. Je pourrais me croire en exil. Mais non, le fatalisme malgache m'a gagnée. Je suis seulement expat'

    Le manque, cruel parfois, des enfants et des petits, restés en France, des amies avec qui on passait de longues soirées à discuter de tout et de rien, au coin de la cheminée, ou à la terrasse d'un café. Ou des conversations au téléphone avec Jean-Marie et des concours d'écriture lancés sur la blogosphère. Exil !!

    Rêver, en saison sèche, d'une douche avec de l'eau chaude qui coule des robinets, au lieu de faire chauffer de l'eau , la transvaser dans une bassine, se laver au kapoaka.: plonger un récipient en plastique (le kapoaka) dans la bassine, s'asperger, se savonner, recommencer l'aller et retour : plonger le kapoaka, s'asperger, recommencer…. Exil ? Ben non, expat : après-tout, comment faisaient nos grand-mères, dans les campagnes ?

    L'inauguration des nouveaux locaux d'un restaurant dans la bourgade voisine. Un repas somptueux servi aux invités. Au coude à coude 4 européens,et puis des chinois, des malgaches, des indiens - dont on peut voir du coup qui est musulman et qui ne l'est pas, pratiquant ou pas : en plein ramadan, les tables croulent sous les victuailles, le whisky coule à flots, la fumée des cigarettes s'enroule autour des tables. Les conversations vont bon train, on fait des connaissances, on critique gentiment la vie à la malgache au milieu des éclats de rire, on parle tout naturellement de la récolte des noix de cajou ou de l'horreur des nouveaux taxi brousse, de superbes vans Mercédès, avec un défaut au moteur : ne pas dépasser 80km/h, sinon on coule une bielle ! Ou de la nouvelle mine de saphirs, à ½ heure de route, où l'on trouve, parait-il, de magnifiques saphirs étoilés. Expat'

    Mais aussi on s'apitoie sur le sort des deux jeunes indiens, tout juste mariés, tombés sous les balles d'une bande de brigands, à la sortie de la mosquée, en ville, loin, à 6heures de route. Exil. Quoique….. quand on lit les news sur Gogol actus, l'Europe n'est pas bien reluisante à ce sujet, non plus …..

    Dans la baie, le ballet des boutres, des pirogues, des petits hors bord, des gros rafiots qui transportent pêle mêle zébus et voitures. Ou la foule grouillante au port, au milieu des voitures, dans un indescriptible tohu-bohu, les rabatteurs qui prennent les voitures d'assaut, qui empoignent les sacs et foncent vers un bateau, tu entends un hurlement : mais non, je prends le taxi brousse ! Les touristes, perdus et effarés dans ce charivari, les marchandes de fruits, assises par terre au milieu de leurs bananes, ananas, oranges.

    Expat' ? Exil ?

    Un grand noir à moitié ivre, qui te prend par le bras "attention, mama, ça glisse", tu te dégages en affirmant que tu es une grande fille; ton copain Anselme arrive, tout aussi grand, tout aussi noir, mais sobre : presbytérien, il ne boit pas, prend ton panier : "allez, viens je t'accompagne". Tu choisi tes fruits, secondée par Anselme qui veut à toute force t'empêcher d'acheter des 'pocannelle', tu remontes dans ton C15, manoeuvres péniblement au milieu des coups de sifflet et des cris, piles net avant d'emboutir un taxi brousse qui arrive à toute vitesse, sors du port, pousses un grand soupir d'aise "ah que j'aime cette vie" ; Expat, oui, expat'

     

    « C'est l'heureLe ciel »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    13
    Vendredi 2 Novembre 2012 à 11:51

    Coucou Cath..je reviens lire cet article que tu avais fait il y a quelques mois, et j'y trouve encore autant de plaisir..Le style est concis et précis, tout en donnant libre cours à l'imaginaire du lecteur..On a l'impression d'être à tes côtés dans tes déplacements, tes activités quotidiennes, tes coups de blues, tes interrogations, mais aussi tes certitudes...On ne s'ennuie jamais à la lecture de tes articles, et même si je sais que je ne pourrai pas assumer une vie d'expat, tu dois donner envie à des jeunes (ou des moins jeunes d'ailleurs) de partir, larguer les amarres et faire un bout de vie dans une île comme la tienne, au bout du monde..Alors, je salue à la fois ton besoin de liberté, ta ténacité, ainsi que celle de ton compagnon, qui partage aussi tous les aléas de cette vie d'expatriée, mais dont tu es si fière..Bonne continuation, et bonne lecture des bouquins livrés par la FNAC (hé oui, j'ai lu ton commentaire chez Pyrausta hi hi..)

    12
    Mercredi 29 Août 2012 à 01:25

    héhé, ça bouge, ça bouge, ... de l'animation, c'est sûr...

    merci pour ce partage pur jus

    doux bisous à toi ma croc

    11
    J.MICHEL.MAZZAGGIO
    Dimanche 19 Août 2012 à 14:49

    Bonjour COUSINE ,  J'etais de passage  a Bordeaux , Marmande , la metropole  , et mon frere JPAUL  et LAURENT , se sont rencontres  , et  comme je dialogue  avec LAURENT (  your brother ) , j'ai appris que tu etais a MADA , c'est avec  grand plaisir que je viens prendre quelques nouvelles de toi  , et aussi  prendre contact . He  oui parce que je suis a  la Reunion , depuis 23 ans  deja  et  ma belle famille est originaire  de  Mada /  Bordeaux  . Metis  franco /  malgache , quand les enfants etaient petits  nous etions  tres souvent dans les lagons  de la Reunion  et ceux de Mada . Ah les steacks de zebus , le poisson frais  et tout le reste , quelle culture , et les enfants grandissent . J'espere que tu auras  ce message , envoie de tes nouvelles , grosses bises ma cousine , ton cousin  JMichel  Mazzaggio  Reunion Island 

    10
    Mercredi 8 Août 2012 à 07:10

    Bien que les conditions de vie à la Réunion n'aient rien à voir avec celles de Mada. l'éloignement de tous ceux que l'on aime se fait sentir de plus en plus fréquemment. Bientôt cinq ans que nous avons quitté la métropole et la nostalgie est de plus en plus présente. Et puis il y a ce que tu décris si bien, tous ces moments, toutes ces choses qui font qu'un attachement s'est construit et que si on parle de partir......on remet toujours à l'année d'après. Nous rentrons tout de même une fois par an.  Et nous avons la ferme intention de retourner à Mada. qui nous a marqué et qui est un pays tellement attachant.
    J'aime beaucoup ton article si "vrai". A la prochaine fois et bonne continuation à vous (si nous venons par chez vous, je te fais signe !!).
    Bisous d'ici.

    9
    Mardi 7 Août 2012 à 18:22

    Etre loin, c'est possible, même en n'étant pas expatriée...

    Je te lis, je ne sais pas si j'envie ces moments que tu connais là-bas. Je me répète que c'est la vie que tu as choisie, que tu es heureuse là-bas.

    N'est-ce pas le plus important ? Même si le temps passe trop vite et que je me rends bien compte que les petits enfants grandiront sans être près de toi. Deux ans, c'est bien long.

     

    Ceci étant, je comprends ces moments où tu te poses ces questions. Exilée volontaire, mais exilée malgré tout.

    Pourquoi la téléportation n'existe-elle que dans les films de science-fiction ?

     

    Je t'embrasse fort, Cath. Passe une douce soirée.

    8
    Mardi 7 Août 2012 à 16:14

    tres interressante lecture si on ferme les yeux on pourrait arriver à s'y rendre rien qu'en pensée tellement les textes sont vivants bisous à toi

    7
    Dimanche 5 Août 2012 à 23:58

    Bonjour Cath...voici un très bel article fort intéressant sur ta vie d'expatriée qui par moments te sens aussi exilée..j''admire ton courage et ta faculté d'adaptation pour cette vie qui est loin d'être facile..Tu nous relates avec beaucoup d'humour des scènes de la vie quotidienne sur ton ile lointaine, qui a d'ailleurs fait l'objet de plusieurs reportages ces derniers jours à la télé en France..d'abord dans "thalassa" puis dans "Faut pas rêver" sur plusieurs volets..très intéressants ces reportages...je dois dire que je pense que je n'aurais pas pu m'acclimater et m'habituer à vivre dans des conditions aussi difficiles, tant du point de vue de l'isolement d'avec sa famille proche (enfants et petits enfants) ni des conditions de vie là-bas tout simplement..chaque tâche quotidienne qui pour nous ici en Europe nous semblent tellement facile et rapide, que voir comment cela demande des heures là-bas pour aboutir à peine à une ébauche..(l'exemple de la douche que tu donnes, est assez bien rendu) oui, c'est vrai nos grands-mères dans les campagnes se lavaient ainsi..mais c'était avant   Au fait, j'ai fait par mégarde une mauvaise manip, et t'ai supprimé de mes abonnés, peux-tu te réinscrire ..?..à bientôt, bises

    6
    Dimanche 5 Août 2012 à 17:02

    voila qui nous donne une petite idée de ce que peut être la vie là bas, avec ses difficultées, et ses petits bonheurs !

    Le mieux est donc de se fondre dans les coutumes locales !

    Tu sais, même en France, on peut rester longtemps sans voir ses enfants, pour peu qu' ils habitent à l' autre bout du territoire !

    Profite bien de ce magnifique pays, à la faune et à la flore si extraordinaire !

     gros bisous

    5
    k'pu
    Dimanche 5 Août 2012 à 15:29

    Juste... *soupir*

    4
    Dimanche 5 Août 2012 à 14:33

    Cath, magnifque ton article et ho combien juste....

    Expat n'est pas toujours facile comme tu le dis si bien, le coeur balance souvent entre ces deux mots qui résume tout....

    Si je comprend bien tu ne retourne en Europe que dans deux ans...C'est long surtout pour la familel qui quoique on fasse manque cruelement.

    Pour ma part ça y est, nous partons le 6 septembre mais jsuet pour 1 mois et demi comem cela fait deux ans et demi que je ne suis aps retournée (mon mari est allé année dernière) je suis super contente car le moral commencait a prendre un coup de grosse fatigue mais c'est comem ça, donc on va recharger les batteries de la tête et.............revenir.

    Sait tu que Dany est maintenant au Kenya elle est si contente, j'espère que ces projets vont bien se dérouler car les vacances c'estq aund même pas la même chose que la vie la vraie..

    Merci pour ce bel article Cath et mes meilleures pensées t'accompagne. Gros gros bisousssssssssss

    Amicalement, Renée

     

    3
    Dimanche 5 Août 2012 à 14:22

    Merci ma belle pour cette superbe tranche de vie, à la mode Malgache, c'est si bien raconté et je me suis régalée,  Expat !

    J'aimerais un moment m'y trouver en ta compagnie et je penses que nous ririons de bon coeur !

    Gros bisous Cath

    Marine

    2
    Dimanche 5 Août 2012 à 13:19

    Merci  pour cette tranche de vie là bas , on sent dans ton écriture le bonheur .Profite bien , ma belle !!

    gros bisous Cath

    1
    Dimanche 5 Août 2012 à 12:10

    bonjour vous, bonjour ma Cath
    magnifique  ton article
    un tableau de vie,
    un poème..
    avec un zeste de philosophie bienveillante
    oui, tu sais,   je me souviens...


    on pense très  souvent à vous
    et de plus une émission de télé excellente (enfin, il me semble... j'aurais aimé avoir ton avis) vient de  nous présenter les différents aspects de ton immense île, du nord au sud, d'est en ouest... pas seulement l'aspect géogragphique.. la vie, les coutumes...
    merci de nous faire partager ta vie là-bas...
    à bientôt, ma Croc ?
    gros bisous d'amitié
    jean-marie
    andrée


     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :