• P1000907.JPG
    Une île
    Entre le ciel et l'eau
    Une île
    Sans hommes ni bateaux
    Inculte
    Un peu comme une insulte
    Sauvage
    Sans espoir de voyage
    Une île
    Une île
    Entre le ciel et l'eau
    Une île
    Comme une cible d'or
    Tranquille
    Comme un enfant qui dort
    Fidèle
    A en mourir pour elle
    Cruelle
    A force d'être belle
    Une île
    Une île
    Comme un enfant qui dort (S. Lama)
    fev08_125.jpg
    Une île
    Une île au large de l'espoir
    Où les hommes n'auraient pas peur
    Et douce et calme comme ton miroir
    Une île
    Claire comme un matin de Pâques
    Offrant l'océane langueur
    Une île
    Une île au large de l'amour
    Posée sur l'autel de la mer
    Satin couché sur le velours
    Une île
    Chaude comme la tendresse
    Espérante comme un désert (J. Brel)
    P1000909.JPG

    " et là-bas, sur cette île, si elle était déserte, cite moi sept objets que tu emporterais", m'a demandé Indya ?
    Cousine, j'emporterais :
    - Une boite à outils contenant marteau, clous, vis, lampes de poche à dynamo, et couteau suisse, avec tous les petits accessoires dont le manque peut être cruel
    - Une machette, qui sert aussi bien à couper des branches, que la tête d'un poisson, ou à dépecer une langouste
    - Un kit de panneaux solaires, de ceux qu'on trouve dans certains magasins de sport, absolument nécessaires pour alimenter
    - Mon APN et
    - Le PC portable, bourré à ras de musique et de films, de jeux
    - Un nécessaire de couture complet, (bien que je ne veuille en réalité que les aiguilles et le dé, mais ces deux derniers ça fait deux, alors que le nécessaire, ça fait un :D )
    - Une grosse malle contenant des livres : des classiques, ceux que je relis sans me lasser, le manuel de la vie sauvage (http://www.amazon.fr/Manuel-vie-sauvage-Revivre-nature/dp/2703302215), des règles de jeux en solitaire, et toute une flopée de thrillers à faire dresser les cheveux sur la tête.
    Et ça me ferait bien plaisir de savoir ce qu'emporteraient
     Dany, Yentl, Sherry, Lajemy, Antgresan, Fanfan et Martine 27, et Bellelurette s'il leur prenait fantaisie de venir me rejoindre ....... Je voulais inclure Mamalilou dont les réponses me réjouissent toujours, mais Indya lui a déjà réglé son compte

    24 commentaires
  • C'est le thème du concours photos chez Trinity
    La seule photo que j'aurais aimé envoyer aurait été celle-ci. Mais anonymat oblige............. et puis il faudrait l'expliquer, ce que je vais m'empresser de faire, bien sûr.
    antenne-copy.jpg
    L'explication est toute simple.
    L'Internet, dans notre village, est toute une affaire :
    un téléphone, relié à l'ordi, d'un côté,
    P1000870.JPG
    et par un câble, à une antenne, de l'autre, fait office de modem.
    L'antenne doit être placée le plus haut possible, afin de capter le réseau
    P1000609
    Mais voilà, dans notre village balayé par les vents, l'antenne bouge. Et crac, plus d'internet.
    Alors il faut la replacer. Donc, les hommes d'un côté, ajustant l'antenne et son mât, et moi dans la case, braillant "ça capte... ça capte plus, ça capte. stop!"
    Jusqu'à la fois suivante.............

    27 commentaires
  • Les malgaches sont fous de musique. Elle est omniprésente, partout, à tout moment de la journée.
    Les petits groupees pullulent, les clips sont tournés avec une petite caméra numérique, avec une bande de copains, les CD sont gravés sur les PC, copiés, diffusés, piratés et vendus le plus normalement du monde sur le trottoir au marché.
    Deux semaines après la sortie du clip, tous les jeunes dans la rue le connaissent par coeur, et le chantent, le dansent......... Tel Mamada gasy, que j'ai eu en boucle au restaurant pendant des semaines avec le CD, et en stéréo dans les cuisines, le jardin, le coin lessive, sur la terrasse, avec les jeunes.............;


    La couleur jaune de la peau de certaines danseuses est le maquillage traditionnel des femmes de l'île : de la poudre d'écorces, mélangée à de l'eau pour confectionner une pâte, qui protège la peau du soleil, et des piqûres d'insectes..

    Les jeunes..........
    P1020142.jpg
    P1020144.jpg

    11 commentaires

  • C'est le thème du mois, chez Cannelle 56
    Insolites, pour les yeux européens.............
    Mais le boucher halal
    S5001284.JPG
    Le snack
    fev08_338.jpg
    Ou la gargote - oui, hotel ne signifie pas Hôtel où on dort, mais hotely : restaurant, gargote, où l'on mange des plats succulents pour 3 francs 6 sous
    fev08 188
    font partie du paysage..............

    29 commentaires
  • Vous vous souvenez, quand je vous racontais le quotidien, je vous disais "petit à petit on apprend" et bien j'ai appris, par exemple :

    un jour, allant en ville, une roue de notre trépidante 4L s'est cassée, dans un cahot plus violent que les autres. Oui, cassée. Nous avons continué sur notre lancée, sur 3 roues et sur un essieu, avant d'arrêter notre course folle. Il faut dire que pour maîtriser un engin roulant à 40 km/h, il faut du sang-froid et du doigté…………

    Bref, pendant que Mr Croc, le chauffeur, l'électricien, le serveur et l'aide cuisinier entreprenaient de soulever l'engin (les crics, ici pfffffffttttttttttttt), j'ai calmement pris mon sac, mon bouquin, allumé une clope (bonheur de pouvoir fumer n'importe ou……), me suis assise sur le bord de la piste, sur le sable brûlant, et attendu ……….. et j'ai réalisé que j'ai beaucoup changé.

    Un tel incident serait arrivé en France, j'aurais hurlé, tempêté, donné des coups de pieds dans la voiture, cela n'aurait servi à rien bien sûr, mais je n'aurais absolument pas gardé mon calme ………

    J'ai appris :

    • A attendre patiemment que la voiture soit réparée, que l'employée des impôts ait fini sa cigarette, que le policier cesse de tourner autour du pot pour finir par me dire qu'il a soif et qu'il aimerait bien une gorgée de coca, que le guichetier à la banque ait fini de compter les liasses de billets prises dans le placard juste derrière lui (impensable, ça en France!!!), que l'Indien à l'épicerie aie fini de recompter mon addition, qu'il aie fini de vérifier que mes achats correspondent bien au bon de livraison, qu'il aie revérifié que le contenu du carton que je vais emporter correspond bien au montant de l'addition et au bon de livraison et enfin que la somme que je lui verse en ariary correspond bien au montant en francs malgaches (dévalués depuis 6 ans, officiellement plus en vigueur, mais toujours pratiqués) , que le plombier arrive, que le taxi-brousse qui doit livrer matelas ou bois pour faire les meubles arrive, à condition que l'indien qui doit préparer les planches l'aie bien fait et les aie bien remises au taxi, et donc qu'il aie lui-même attendu que la compagnie d'électricité locale, remette le courant dans son quartier après l'inévitable délestage local, bref entre 48h et une semaine…………..
    • A me tremper le bout du nez dans de l'eau plus que froide le matin en me levant, et à prendre ma douche en milieu d'après-midi, quand le soleil a chauffé les tuyaux, et que l'eau a enfin une température décente ;
    • A faire mon pain moi-même, et les yaourts. En suivant, j'attaque la fabrication du fromage de chèvre ;tout ça, sans machine, uniquement à l'huile de coude et au soleil.............
    • A négocier le prix des langoustes, du poisson (et à lui inspecter les ouïes et la bouche, au poisson pour en vérifier la fraîcheur, à l'écailler et le vider, en 3 coups de couteau), de la viande, des légumes, et à connaître ces prix par cœur, pour ne surtout pas hésiter devant les marchands ; et à soulever de main de maître le morceau de filet de zébu pour l'examiner sous toutes les coutures avant de dire Eka (d'accord) et de tendre mes 2 billets, en précisant : tu me dois tant de Francs malgaches de monnaie. Et sans trembler!!!
    • A assister au découpage d'un porc fraichement tué, pour choisir mon morceau, sans dégoût, ( enfin presque )
    • A connaître aussi par cœur le prix d'un bidon plein de sans plomb, ou des vis platinées, et le prix de la main d'œuvre pour refaire l'allumage de la voiture ;
    • A dire "je veux………….." et avec le sourire, sans hurler…..
    • A avoir toujours dans mon sac des malabars, pour les donner au petit garçon qui court à côté de la voiture et qui nous aidera à nous désensabler sur cette fichue dune ;
    • A répéter tous les jours la même chose "22h, on ferme!! On a du riz? Du sel? Des tomates? Du poisson? Du miel? Etc……………….." sinon, on me demandera d'acheter du riz quand les 50kg auront intégralement été vendus, mangés…..
    • A désinfecter sans pitié le moindre petit bobo, sous peine de se retrouver avec le pied comme une citrouille et la jambe paralysée pendant 3 jours à cause d'une malheureuse ampoule pas soignée. Et à interroger, sans rire, mon personnel qui vient quémander un médicament "tu as la diarrhée, bon. Combien de fois par jour? Tu as mal au ventre? Où? Aspirine d'accord, pourquoi ? Mal aux dents? Fais voir, ouvre la bouche. Bon, ok mais bain de bouche à l'eau salée 3 fois par jour, pendant 3 jours et après dentiste si ca ne va pas mieux. Crampes d'estomac? Tu as mangé du chou fleur? Pète un bon coup……… " etc etc, et à distribuer médicaments au compte goutte, avec la prescription :" un maintenant, l'autre dans 6 heures de temps, et après tu reviens me voir". Et à aller à la pharmacie le plus naturellement du monde acheter une plaquette de pénicilline, vendue sans formalité ……….
    • A parler un français français :les mecs, les nanas, les trucs, les bidules, les jurons, et autres fleurs du français dit de rue, inconnus ici.
    • A être philosophe : plus d'eau? En panne? Plus d'essence à la station? Le groupe électrogène refuse de démarrer? Bah, on attend que ca passe, que ça se répare, et on repense à Renato, le patron de notre restaurant préféré en ville, le Corto Maltese, qui écarte les bras d'un geste fataliste, et qui, avec un beau sourire, vous dit "bienvénoue à Madagascarrrrrrrrrrrrrr" avec ce savoureux accent italien qui me fait toujours fondre ;
    • A aller tout naturellement commander des planches à la quincaillerie, pour les faire porter au menuisier qui me fera des chaises, le tout fait n'existe pas à Tuléar ……….
    • Et à acheter le déo et le shampoing chez le marchand de chaussures, sisisi, j'vous jure et à trouver ça normal ;
    • De même que nous avons naturellement adopté la savonnette Lux qui a fait les délices d'Adjani, Deneuve et autres stars, il y a 20 ans, en Europe. Oubliés les gels douche…………
    • Mais j'ai appris trop tard, après avoir distribué tous mes vêtements chauds que l'hiver austral porte bien le nom d'hiver : 16°, on devient frileux, j'ai dû acheter des couvertures, et je cours les fripiers pour trouver des pulls et blousons polaires, introuvables dans les magasins et quand souffle le vent du sud, brrrrrrrrr,  et à 6h du matin, dans notre magnifique coupé sport :-D, je peux vous dire que ça pèle!!!!!

    25 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique