• Le concours de la semaine, chez Dana, est "Derrière les grilles"

    Je me place hors concours, incapable de choisir, mais cela m'a inspiré deux diapos :
    Le premier est une belle histoire :
    un monsieur a hérité la ferme de ses parents, et n'était pas inspiré par l'élevage des moutons. Alors, il a soigneusement défriché, débroussaillé, nettoyé et clôture 5 hectares de terres et bois, et y a installé un couple de daims. Qui ont eu des petits. Maintenant, ily a 11 daims, à 500 mètres de chez moi, peu farouches, et le monsieur a entrepris un nouveau nettoyage de 5 autres hectares, pour agrandir l'espace vital de ces magnifiques créatures :



    Le second, ben .........
    Lorsque nous sommes arrivés à Madagascar avec les enfants (12 et 13 ans), ceux-ci ont rejeté d'emblée le pays : (il fait chaud, c'est poussiéreux, c'est bizarre...........)
    Il faut dire qu'à Tana, le choc des cultures te frappe de plein fouet.
    Alors, pour leur faire voir autre chose, commencer à côtoyer les gens et leur parler, nous les avons emmenés à Croc Farm. Créée par un français, cette ferme recueille les crocodiles qui sont réputés dangereux, mais que l'on ne peut pas tuer (le crocodile est fady ici- sacré - tu ne peux le tuer que s'il a, lepremier, tué un humain). Ils servent à la reproduction, pour le repeuplement, mais aussi pour la viande et le cuir.
    La ferme peu à peu est aussi devenue un parc animalier, qui recence des animaux que l'on voit rarement en liberté, sur l'ile, notamment le Fossa, le petit carnivore que l'on voit aggrippé au grillage.
    En voie de disparition, on n'en compte plus que 2000 sur l'ile (qui est, je vous le rappelle, grande comme la France et la Belgique réunies)

    17 commentaires

  • Devant le nombre de blogopotes qui m'ont dit être en possession d'un bijou dans le genre du mien, et ne me souvenant plus ni du titre ni des auteures, je me suis livrée à des recherches sur le net, et j'ai trouvé !
    C'est lui !
    En vente, quand même, 38€, d'occasion, le même, chez Price Minister !
    Mais apparemment en meilleur état que le mien ....

    8 commentaires
  •  
    Par ces temps de froidure, on va faire un tour dans la mer des Caraïbes ? sur un caillou de  21 km2 (25 km2 avec ses îlets) avec 32 km de côtes.
    Pour tout dire,en voiture,avec les nombeaux arrêts photo, on en fait le tour en 1h30 !
    Saint-Barthélemy est une île dite « sèche » ; la nature de son socle rocheux, son relief et la déforestation ancienne et les faibles précipitations font que l'eau n'est pas assez retenue pour fournir les habitants en eau potable. Celle-ci est importée (bouteilles) ou est fournie au robinet à partir d'eau de mer dessalée, ce qui explique un prix au mètre cube le plus élevé de France. L'île a en 2007 une capacité de  4 300 m³/j . Pour supprimer les pollutions et nuisances dues aux décharges et se mettre en règle avec les directives européenne et la loi, un incinérateur d'ordures ménagères a été construit, dont la vapeur alimente une unité de dessalement d'eau de mer (ce double processus industriel est une première mondiale selon la collectivité).. (source  : Wiki)
    Voilà pour la partie professeur.
    Qu'en dire ? C'est beau, très beau ! Mais c'est petit, très petit, trop petit ! Et c'est cher, pétard que c'est cher.
    Terrorisée par la piste d'atterrissage, l'Homme ayant vécu là-bas m'en avait fait une description Brrrrrrr, nous avions pris la vedette qui fait la traversée depuis St Martin.
    Débarquer à Gustavia, on en prend plein les mirettes : déambuler dans les rues où ce ne sont que vitrines de grands couturiers, ah, pardon, créateurs, maintenant - grands joailliers, articles de luxe : les Champs, le soleil en plus, les gaz d'échappement en moins.............
    En bref,je suis ravie d'y être allée, ( ah nous ? ben mon cher nous sommes allées à St barth ! Voilàààààààààààà), mais je n'y vivrais pas pour un empire, on a vite l'impression d'être dans une cage.
    Mais restent de belles images, et,  d'excellents souvenirs :

    Edit : oublié mes identifiants de connexion, impossible d'éditer ce slide, et donc de corriger. Lire Toiny, et pas Thoiry (Thoiry, c'est le parc animalier, quoique, vu la faune qui hante ces lieux, ya pas grande différence )

     


    9 commentaires

  • Ma bible, c'est ça, le livre de cuisine de ma grand-mère :

    Paru en 1932, il regorge de recettes savoureuses et très simples. Vous noterez déjà l'introduction assez croquignolette.
    Il fournit bien des conseils d'une utilité éprouvée, notamment le dernier article (je me réjouis déjà du futur col de mon manteau.........) :

    mais je l'utilise régulièrement, ne serait-ce que pour les "gâteaux rigolots" (retranscription intégrale)
    Les proportions ont pour résultat une soixantaine de biscuits, en 3 fournées
    - 250gr de farine
    - 250 gr de sucre
    - 2 cuillères à soupe de rhum (j'utilise du blanc, le même que pour le punch)
    - 1 cuillère à soupe d'essence de vanille
    - chocolat (là, c'est plus compliqué. je n'ai pas de balance de cuisine, je suis trop flemmarde pour avoir la patience de faire fondre du chocolat au bain marie. Alors je mesure 200gr de chocolat en poudre, du Nestlé chocolat,  dans le verre doseur, à l'article sucre !)
    - 2 oeufs
    - eau
    Mélanger tous les ingrédients dans un saladier. Rajouter un peu d'eau pour parfaire le mélange, on doit obtenir une pâte collante (style chewing-gum dans Rabbi Jacob).
    Beurrer la plaque du four
    Déposer la pâte en petits tas espacés (j'utilise la lèchefrite, et je mesure mes petits tas avec une cuillère à café emplie aux 3/4 environs)
    Mettre au four 5 à 10mn.  (toujours flemmarde, je laisse le four au maximum)
    On doit obtenir ça (ouais, il en manque un, sur la photo, j'ai goûté, vous pensez bien !):

    Délicieux, avec :

    Comment ça, vous n'avez pas encore empoigné vos ustensiles ?



    19 commentaires
  • C'est vrai, ça ! Marre à la fin des moules dans lesquels on nous force à rentrer !
    Quand tu remplis un de ces satanés formulaires dont la France est friande, on te demande toujours ta profession.
    D'abord, qu'est ce que ça peut bien lui fiche, à l'organisateur de tombolas, au banquier (lui, d'abord il le sait toujours,ce que tu fais, il voit arriver ton salaire !), etc, ce que tu fais dans la vie ?
    D'autant qu'il le lit à peine ton formulaire, le type. Il regarde vaguement ton nom (je dis vaguement, il est infichu de t'appeler par ton nom, il t'appelle Madame Euhhhhhhhh. Alors quand en plus, tu as un nom italien bourré de consonnes, je n'en parle même pas !), ta date de naissance (pour savoir si tu vas mourir bientôt et tenter de te fourguer une assurance), ton adresse : "comment ça se fait que vous ouvriez un compte en Dordogne, puisque vous habitez en Lot-et-Garonne ?" Là, la politesse t'interdit de rétorquer vertement :"parce que mon bled, il à 3km de la Dordogne alors que je dois me taper 6 bornes pour la prochaine ville du 47, banane, tout le monde le sait, dans la région!", alors avec un grand sourire tu réponds : "j'aime bien changer de pays..........".
    Donc, quand tu remplis un de ces formulaires à la noix, que ce soit sur papier ou sur le Net, s'offre tout un choix de professions, dont, bien sûr, aucune ne te correspond : tu viens de revenir sur ton sol natal, tu galères pour trouver un job (54 ans, c'est pas de la tarte : trop vieux pour entrer en apprentissage, trop jeune pour être en pré-retraite), la seule case qui pourrait correspondre, c'est "inactif".
    Ben non, je ne suis pas inactive !
    La france, malgré tout ce que je lui reproche offrant l'indéniable avantage de fournir de l'électricité 24h/24 et une connexion Internet à une vitesse raisonnable (oui, je dis ça, parce que dans ma pampa, on est en bas débit. mais comparé au bas débit de Madagascar -56K-, je trouve que 512Mo, c'est une vitesse fulgurante), j'ai viré mes anciens blogs, et je repars à zéro. Je bloggue, donc.
    Et faut pas croire, blogguer, c'est du boulot à temps plein.
    Ben oui, farfouiner dans ses archives pour y trouver des photos, se creuser le ciboulot pour pondre un texte en français correct, écumer l'internet pour appuyer ses dires quand on critique, ou pour illustrer un propos, se casser la tête sur ce f....u CSS pour fignoler son design, recommencer maintes et maintes fois, sauvegarder, prévisualiser, tout recommencer,  ça prend du temps...........
    Puis, c'est pas fini.
    Quand le billet rest publié, faut lire ses commentaires, y répondre, aller visiter les blogs qu'on aime bien.
    Et puis, de fil en aiguille, on lit les commentaires des autres, chez les blogopotes. Et quand un com' plait bien, ben on va voir, et on pond un autre com'..
    Et mine de rien, 3 ou 4 heures, en ce qui me concerne souvent plus, ont passé ..........
    Oui, bloggeur est une profession.
    D'ailleurs militons, amis bloggueurs pour que cette profession soit reconnue et rémunérée,
    Ya pas de raisons, quand on voit le nombre de professions inutiles que nous finançons, président de la république, député, pourquoi ne pas financer l'activité blogguesque qui ne fait de mal à personne, fait passer des messages, permet aux individus de franchir des frontières, de lier amitié, virtuelle, d'accord, de se rencontrer, même, et de réaliser que, grâce aux blogs, quand on se voit "en vrai", il n'y a aucun temps mort, aucune gêne, on se connait déjà ! (C'est ainsi que j'ai rencontré Trinity, Prune, et prochainement Jean-Marie.......)
    A déclarer, même, d'utilité publique !
    Qui me contredit, hein ?


    NON JE NE SUIS PAS INACTIVE ! Parce qu'en plus, de bloggueuse, je suis aussi factotum voir A bout)
    MARRE A LA FIN DES CLASSIFICATIONS A LA C..!!!!!

    23 commentaires